Loading...

La Camargue en van : Une semaine de road-trip !

Cheval Camargue

La Camargue est ce merveilleux petit coin de France où l’on côtoie des flamants roses, des chevaux blancs en liberté et des taureaux sur lesquels se posent les fameux hérons garde-boeufs. Parfait pour un road-trip en van non ?

La Camargue, c’est surtout une immense zone marécageuse formée par le delta du Rhône et la Méditerranée. Cette zone se divise en trois parties :

  • La petite Camargue, à l’ouest du petit Rhône
  • La grande Camargue (ou île de Camargue) entre les deux bras du Rhône
  • Le Plan Bourg, à l’est du Rhône

Au nord, on trouve principalement des marais d’eau douce tandis que le sud est propice à la production du sel. Ces différents paysages entrainent une diversité incroyable de la faune et la flore et fait de la Camargue une des plus grands réserves de zones humides d’Europe. Elle est d’ailleurs aujourd’hui classée comme réserve de biosphère et parc naturel régional.

Première étape : Découverte du Grau-du-Roi

Après une grosse journée et demie de route depuis la Normandie, nous arrivons avec bonheur à notre première étape : une des portes d’entrée de la Camargue, je nomme : le Grau-du-Roi ! Et bien, passée l’excitation de l’arrivée, de nos premiers flamants roses et des premiers marais, nous avons été bien déçues par cette ville !

Extrêmement touristique même hors-saison, nous n’y avons pas trouvé de charme particulier. Le port en plein centre est cependant très mignon mais le reste n’a pas vraiment d’intérêt… Les rues sont remplies de boutiques à touristes (très pratique si vous souhaitez investir dans une bouée licorne cependant). On s’est quand même arrêté prendre une bonne glace chez Donatocci qui ont un choix incroyable de parfums ! Il fallait bien se consoler de notre petite déception 🤷‍♀️

Quant aux plages du centre-ville, elles sont assez bondées et les grandes barres d’immeubles le long du sable dénaturent vraiment le paysage. Bref, le Grau-du-Roi ne nous a pas emballé, bien au contraire !

Par contre, nous avons vraiment aimé la plage de l’Espiguette. Cette immense bande de sable protégée est bien plus calme, on a facilement trouvé de la place sans être collé à d’autres groupes de gens. Ce premier bain de l’année dans la Méditerranée, on l’a apprécié ! Après la route, puis la marche en plein soleil dans les rues du Grau, quel bonheur de se prélasser dans l’eau tiède !

Plage de l'Espiguette

Nous devions ensuite nous ravitailler en eau avant de trouver un spot pour la nuit. Direction donc le cimetière de la ville pour remplir les bidons avant de rouler vers les Saintes-Maries-de-la-Mer où nous attend une journée bien particulière demain. Pour le spot dodo, nous nous sommes perdues sur un chemin et avons terminé dans un cul-de-sac complètement pommé ! Parfait pour prendre une bonne douche et préparer un bon dîner pour cette première soirée camarguaise.

Côté pratique

Se garer au Grau-du-Roi

Nous nous sommes garées sur le parking gratuit 3 avenue Jean Lasserre qui permet de rejoindre le centre-ville en longeant la mer pendant un bon quart d’heure.

Pour la plage de l’Espiguette, un parking gratuit se trouve au niveau du camping de l’Espiguette. La barrière est limitée à 2m. Un autre parking est accessible aux campings-car mais il faudra débourser 15€ pour la journée !

Une journée à cheval, entre marais et pinède jusqu’à la plage

En tant que cavalières, c’était la journée que l’on attendait le plus pendant ce road-trip ! C’est d’ailleurs pour ça qu’on l’avait programmée dès le deuxième jour ! Impossible de venir en Camargue sans monter à cheval !

J’ai longtemps cherché une écurie où ce n’était pas l’usine, où les chevaux étaient bien traités et pas simplement des machines à promener les touristes. Croyez-moi, il y en a plein… Nous sommes passées devant beaucoup d’écuries où les chevaux étaient particulièrement maigres, lâchés dans un paddock extrêmement sec sans possibilité de se mettre à l’ombre.

J’ai choisi les écuries de Lou Seden, gérées par Heïdi, et nous n’avions qu’une peur : que ce soit également l’usine. Comme nous étions prêtes plusieurs heures à l’avance, nous sommes passées devant avec le van pour nous rassurer😅. Notre première impression fut la bonne, nous n’avons pas du tout été déçues, bien au contraire !

Une randonnée incroyable

Je crois bien qu’avec Maureen, nous étions les deux filles les plus heureuses de la planète ! Rien que ça ! Nous avons été merveilleusement bien accueillies par Heïdi qui après nous avoir demandé notre niveau et confiance à cheval, nous a attribué deux beaux Lusitaniens. Diamante pour Maureen, Vanito pour moi ! Nous avions opté pour une randonnée à la journée, réservée aux cavaliers plutôt expérimentés.

Cheval Camargue

Nous voilà donc parties, seulement toutes les trois, à la découverte du côté sauvage de la Camargue. Tout le long de la balade, Heïdi nous raconte des anecdotes, l’histoire de son village, les plantes que nous croisons, ou encore comment elle a récupéré tel ou tel cheval. Le courant passe très bien rapidement. Les chevaux sont bien dans leur tête, et cela se sent. Vanito trépigne avant et après chaque galop. Un bonheur de monter des chevaux qui sont si heureux de partir se promener ! Ils ne sont pas lassés, bien au contraire !

Cheval Camargue

Après 45min, nous descendons de cheval pour… prendre le bac ! Le bac du Sauvage, gratuit, permet de relier les deux rives du Petit Rhône. Une sacrée expérience de monter dessus avec les chevaux, nous sommes bien plus impressionnées qu’eux !

Après une bonne ligne droite au galop, nous arrivons à une barrière pour entrer dans la réserve. Elle n’est pas accessible à tout le monde, il faut un pass. Nous voilà en train de cheminer entre les hautes herbes et de guetter les taureaux. Heïdi nous rassure : “les chevaux ont l’habitude, ne vous inquiétez pas.” Pour finir nous ne croiserons aucun taureau. Ils étaient sûrement partis se mettre bien à l’ombre du soleil qui commençait à bien chauffer ! En sortant de la pinède, les chevaux se remettent à trépigner, c’est l’heure du grand galop sur la plage !

Sur le retour, nous nous arrêtons déjeuner à la Cabanette du Sauvage, un petit restaurant situé juste au bord du Rhône où vous pourrez goûter à la charcuterie de taureau ou encore aux bonnes moules de la région ! Pendant ce temps, les chevaux sont attachés à l’ombre et dégustent eux-aussi leur ration, chacun son repas !

Nous remontons sur le bac et terminons cette superbe randonnée. Pendant quasiment 6h à cheval, nous avons traversé des paysages aussi différents les uns que les autres et n’avons pas vu passer la journée. Heïdi s’occupe incroyablement bien de sa cavalerie et ses chevaux le lui rendent bien.

Cheval Camargue

Je ne peux donc que vous conseiller de vous y rendre si vous souhaitez vivre une expérience similaire. Heïdi saura parfaitement s’adapter à votre niveau, votre condition physique, pour vous proposer une prestation qui vous conviendra.

Et maintenant, à l’eau !

Après avoir dit au revoir à Heïdi et ses chevaux, nous fonçons à la plage ! La plage Port de Plaisance, le long de la D38, a été notre spot plusieurs journées d’affilée. Il est facile de s’y garer et surtout… il y a des douches ! Sauter dans la mer après la journée à cheval nous fait un bien fou et on y reste un petit moment avant de partir à la douche puis à la recherche d’un nouveau spot pour la nuit.

On se trouve un super coin, à l’écart de la route. Malheureusement, quelques heures plus tard, en plein repas, la police décide de venir nous faire partir. Il est plus de 21h quand on se lance à la recherche d’un autre spot qu’on trouve grâce à Park4Night, au bout d’une piste juste à côté des marais. Le paysage est magnifique, mais vous ne serez pas surpris si je vous dis que l’on s’est faite dévorer par les moustiques !!

Côté pratique

Les écuries de Lou Seden : Mas de la Marchande, route d38 d’Aigues-Mortes, 13460 Saintes-Maries-de-la-mer. Heïdi est joignable au 06.15.84.49.69 ou par mail : heidi.tissandie@sfr.fr. La randonnée d’une journée nous a coûté 100€ chacune (+ 20€ pour le repas du midi).

La randonnée de Méjanes

Aujourd’hui, grosse journée randonnée, et avec les courbatures de la veille, sinon ce n’est pas drôle !

La randonnée de Méjanes, aussi appelée Draille des 5 gorges, est un itinéraire proposé par le parc naturel de Camargue (parmi 14 autres). Il part de l’office de tourisme des Saintes-Maries pour arriver au domaine de Méjanes.

Voulant faire les choses bien, on décide de retourner dans le centre des Saintes garer le van, pour partir exactement de l’office de tourisme. On se rend finalement compte en marchant que l’on retourne exactement là où l’on a passé la nuit… Il nous aura fallu plus d’une heure de marche pour retourner à notre point de départ 😂 Tant pis, ce n’est pas bien grave ! Mais si vous souhaitez vous épargner quelques kilomètres, allez directement vous garer le long de la piste, après l’intersection au mas de Cacharel. C’est à partir de là que les paysages deviennent superbes. Nous y avons vu des colonies entières de flamants roses dans les étangs.

Ensuite, une fois le petit parking passé, je vous avoue que la randonnée est un peu interminable. A partir de là, c’est une piste de 11km qui amène directement au domaine de Méjanes. 11km en ligne droite et en plein soleil, c’est très long ! De plus, nous n’y avons pas vu d’animaux… pas d’oiseaux, de chevaux… Le paysage est vraiment beau et typique de la Camargue, mais ne change absolument pas.

Nous étions tellement fatiguées que nous nous sommes jetées sur le premier restaurant sur notre route, pensant que nous étions arrivées au domaine de Méjanes. C’est au moment où un monsieur du bar nous dit “Vous allez où comme ça, jusqu’au domaine de Méjanes ?”, que l’on s’est rendues compte que nous n’y étions pas encore ! Nous étions en fait au Mazet du Vaccarès…

On décide tout de même d’aller au bout. On continue de longer l’étang de Vaccarès et nous rencontrons nos premiers taureaux Camarguais. Nous ne sommes plus très loin ! Nous nous retrouvons alors dans un immense domaine où des chevaux attendent patiemment les touristes pour partir en balade. Le domaine donne des spectacles dans ses arènes et propose surtout plusieurs activités pour découvrir ses 600 hectares. En petit train, à pied ou encore à cheval, des gardians vous accompagnent pour vous partager leur savoir-faire. On ne l’a pas fait, donc je ne peux pas vous dire si ça vaut le coup ou pas…

On décide de rentrer en stop. Deux voitures nous ont gentiment avancé pour nous ramener au van. On ne sentait absolument pas de refaire toute la piste dans l’autre sens ! Nous étions assez déçues de cette randonnée pour le coup… Les premiers kilomètres valent le coup mais le paysage reste monotone par la suite.

Comme hier, on fonce à la plage pour se décrasser et profiter de la douche. On se gare ensuite sur le parking du parc ornithologique afin d’y passer la nuit et être aux premières loges pour demain !

Côté pratique :

Vous trouverez l’itinéraire et les détails de la randonnées des Méjanes ici.

Bienvenue au paradis des oiseaux

Ce matin, nous allons pouvoir observer les oiseaux de très près ! Nous nous rendons au parc ornithologique du Pont de Gau dès l’ouverture afin de profiter avant que le monde n’arrive.

Ce parc a été spécialement conçu pour le bien-être des oiseaux. Comme le dit si bien Frédéric Lamouroux, le responsable “Nous sommes comme une station-service où les oiseaux migrateurs viennent se ravitailler sur la route, à nous de rendre cette station la meilleure qui soit !” En effet, le parc a été intégralement conçu pour le bien-être des oiseaux. Ils sont sauvages et ne viennent et ne restent seulement parce que les conditions y sont extrêmement favorables. En fonction de la période, l’équipe contrôle le niveau des eaux et peut fermer certaines allées là où les oiseaux décident de nicher. Ainsi, c’est hôtel 5***** !

Nous y avons passé la matinée pour y prendre des centaines et des centaines de photos. Nous étions comme des enfants, émerveillées à chaque virage par les colonies de flamants roses, les nids de hérons, une cigogne faisant sa sieste… Des observatoires sont présents tout au long du parcours et des panneaux explicatifs permettent de se documenter sur le flamant et l’ensemble des espèces présentes dans le parc. Nous avons trouvé l’endroit tellement incroyable que nous y sommes revenues le lendemain pour s’y promener au coucher de soleil !

Après cette matinée riche en photos, la faim commence à se faire sentir et on retourne au van pour se préparer à manger. Cet après-midi, nous avons prévu de visiter les Saintes-Maries-de-la-Mer, ville autour de laquelle on gravite depuis trois jours mais dont nous n’avons toujours pas vu le centre… Nous mangeons donc rapidement pour pouvoir profiter de l’après-midi et au moment de partir j’entends Maureen me dire par la fenêtre “Alors le van n’a plus de batterie !” Aïe ! La glacière a trop tiré sur la batterie du van et nous voilà bloquées sur le parking du parc ornithologique ! Nous passerons donc une bonne partie de l’après-midi ici en attendant la dépanneuse… puis nous avons dû rouler une heure pour recharger un minimum le van.

Les Saintes-Maries-de-la-Mer en une journée

Enfin ! Nous arrivons à nous promener dans les Saintes ! Le centre est vraiment joli, bien plus qu’au Grau-du-Roi. Les ruelles sont très colorées, les murs des maisons sont décorés de fleurs, on s’y sent rapidement bien. Je vous conseille de monter sur le toit de l’Eglise pour avoir une superbe vue sur toute la nature qui entoure la ville ! Le tour est rapidement fait et heureusement car il est déjà temps pour nous de repartir, direction le théâtre équestre de Camarkas.

Soirée équestre

Nous sommes donc attendues à 18h30 au théâtre équestre de Camarkas où se joue plusieurs fois par semaine un spectacle. Ce dernier nous a été conseillé par notre guide Heïdi, des écuries de Lou Seden. Il dure environ 1h30 et raconte à travers plusieurs disciplines l’histoire des Saintes-Maries. Au programme : voltige, carrousel, dressage, liberté… le tout rythmé par des chanteuses de flamenco. Nous avons vraiment passé un bon moment ! Vous pouvez même rester ensuite à la soirée flamenco !

Nous, on décide de retourner aux Saintes pour finir la soirée au restaurant. Comme on nous l’a conseillé, nous nous arrêtons au Bar de l’Etang. Malheureusement, cette journée n’était vraiment pas la nôtre… Nous y avons été extrêmement mal reçus, pas un seul bonjour de la part du serveur, qui s’est aussi permis de juger et de faire une réflexion sur ce que l’on commandait ! Nous nous sommes mises rapidement d’accord pour ne pas y rester, et après avoir annulé notre commande, nous partons à la recherche d’un spot. Tant pis, ce soir, ce sera des pâtes au van !

Attention, les galères continuent ! Nous mettons beaucoup plus de temps que prévu à trouver un spot et finissons à 22h sur une aire de pique-nique au bord de la route 😅 Nous n’avons même plus le courage de manger dehors et on réchauffe nos carbonaras directement dans le van avant de filer se coucher, fatiguées par cette grosse journée.

Côté pratique :

Parc ornithologique du Pont de Gau : 7,50€ pour les adultes, 5€ pour les enfants jusqu’à 12 ans. Il n’y a pas d’heure de sortie, vous pouvez donc rester jusqu’au coucher de soleil !

Théâtre équestre de Camarkas : Entre 17€ et 92€ selon la formule choisie.

Le circuit des flamants roses

Aujourd’hui, nous prévoyons une autre journée rando ! Nous espérons qu’elle soit plus intéressante que celle des 5 gorges. Direction donc Salin de Giraud, le point de départ de ce circuit.

Après un rapide coup d’oeil sur la carte, on décide de s’économiser quelques kilomètres et de commencer la randonnée plus loin, directement là où la boucle commence. La première partie est vraiment magnifique. Nous suivons la piste jusqu’aux ruines de Tourvieilles, où vous pouvez monter pour avoir un beau panorama.

La piste débouche ensuite sur deux étangs qui offrent un paysage relativement différent. A notre gauche, nous avons plutôt de la végétation et des flamants roses tandis qu’à notre droite, nous avons du sable, des galets… L’itinéraire passe sur la digue à la mer, interdite aux véhicules motorisés. On se retrouve alors seules au milieu de l’eau, la sensation est vraiment géniale.

Après trois bonne heures de marche, nous regagnons la route. L’itinéraire précise de prendre la prochaine à droite au moment de l’intersection. Nous guettons donc avec impatience cette fameuse intersection qui peut-être nous fera sortir de la route… En plein soleil à midi, le temps commence à se faire un peu long… L’intersection ne viendra qu’une bonne heure plus tard. Tel un oasis au milieu du désert nous voyons flécher “Mas Saint-Bertrand, 1km”. Le lieu par-fait pour reprendre des forces !

Une grande terrasse ombragée, des plats locaux et faits maison, que demander de plus ? J’opte pour le saumon fumé et ses tapenades et Maureen pour les moules à plancha. On reste un bon moment pour se reposer et profiter de la fraicheur des arbres. On repart le ventre bien rempli pour la dernière grosse heure de marche, toujours sur la route et toujours en plein soleil. Nous n’avons jamais été aussi contente de retrouver le van ! Impossible d’attendre pour prendre une douche ! On remplit la douche solaire pour se laver directement, cachées derrière les portes.

Nous voilà fin prêtes pour reprendre la route vers les Saintes. Ce soir, nous retournons au parc ornithologique pour le coucher de soleil. Après un bon pique-nique, on commence à retourner aux endroits que l’on a préféré la veille. Le ciel est un peu voilé mais cela donne de très belles couleurs.

Côté pratique :

Vous retrouvez l’itinéraire et les infos pour le circuit des flamants roses ici. Pour se garer, suivez la piste à partir du Mas de Cameroun jusqu’à une intersection avec un cul-de-sac fermé par des rochers sur votre gauche. Nous nous sommes garés là toute la journée et n’avons pas eu de problème.

Mas Saint Bertrand : Restaurant mais aussi chambre d’hôtes et gite. Toutes les infos ici.

Découvrir la partie Est

Nous prenons la route tôt le matin pour retourner sur le circuit des flamants roses. On a tellement adoré les paysages que l’on veut essayer de faire quelques photos , mais cette fois-ci avec le van ! Pas de chance, il ne passe pas les barrières à cause des rétroviseurs. On fait le tour pour retrouver la piste là où elle rejoint la route. Bonne pioche ! On pose le van au milieu de la piste, on installe le trépied, et on s’est juste éclatées pendant un bon bout de temps à faire les photos.

Une fois les cartes mémoires pleines, on reprend la route pour se rendre à Port-Saint-Louis-du-Rhône. On décide de faire un stop à Arles et on a été vraiment agréablement surprise par cette ville. Outre son célèbre théâtre antique et ses arènes, on a adoré se promener dans ses ruelles colorées toute la matinée. Nous avons déjeuné à la Cantine VG, un petit resto vegan friendly absolument délicieux où les gérant sont adorables.

Après cette petite pause imprévue, nous reprenons la route vers Port-Saint-Louis. Grosse grosse déception, il n’y a absolument rien à faire et à voir. C’est une ville portuaire et surtout industrielle et cela se ressent directement ! Il n’y a pas de petit centre ancien comme on les aime, pas de monuments historiques à voir… On décide de se consoler avec une après-midi bronzette à la plage Napoléon, histoire de se poser un peu car nous courons partout depuis le début du road-trip. Résultat des courses : il y avait tellement de vent qu’en deux minutes j’étais recouverte de sable !

Port-Saint-Louis-du-Rhône

Changement de plan

Ce qui est bien dans les road-trips, c’est qu’il est très facile de changer de plan au dernier moment. Nous devions visiter Aigues-Mortes demain, et bien nous la visiterons aujourd’hui !

Après plus d’une heure de route, nous nous garons sur l’un des nombreux parkings de la ville, face aux remparts. Rien que de l’extérieur Aigues-Mortes envoie du lourd ! Nous n’avons fait que la ville intra-muros et on a adoré. Heureusement après la déception de Port-Saint-Louis ! On en a profité pour faire quelques achats à ramener chez nous : du riz de Camargue, du Gris de Sable ou encore du saucisson de taureau 😋

D’ailleurs, le gérant de la boutique où nous avons acheté la majorité de nos produits nous a conseillé un super spot pour la nuit. Nous avions normalement prévu de dormir au domaine de Montcalm, qui accueille gratuitement vans et camping-cars pour une nuit, mais l’autre spot nous a vraiment tenté. Nous voilà donc au bord du Rhône, sous les pins, à déguster un rosé de la région pour notre dernière nuit Camarguaise.

Côté pratique :

La Cantine VG, Espace Van Gogh, 4 place Felix Rey à Arles.

A Aigues-Mortes, je vous conseille de faire le plein de bons produits locaux et bio à la boutique L’Aigues Bio, 12 rue Amiral Courbet, une boutique bio indépendante. Le gérant nous a super bien conseillé.

La vie en rose aux Salins d’Aigues-Mortes

Pour cette dernière matinée avant de reprendre la route, on ne pouvait pas être à Aigues-Mortes sans en visiter ses célèbres salins !

Nous avons opté pour la visite à pied non guidée. Pendant environ une heure, on suit les petits panneaux roses qui nous guident le long des bassins de la même couleur. Ce rose qui colore l’eau est impressionnant. Il est plus ou moins voyant en fonction de la saison. En effet, la couleur est dû à la présence d’une algue, la dunaliella Salina. Cette algue est d’ailleurs mangée par les crevettes, qui sont ensuite mangées par… les flamants roses ! C’est de là que vient leur fameuse couleur !

Pendant la balade, on peut monter sur une Camelle, une montagne de sel. De là-haut, la vue est splendide. On voit l’étendue des salins tout autour de nous, avec la vue sur les remparts, c’est juste magnifique ! Je conseillerais de le faire plutôt au coucher de soleil, car le matin la lumière était un peu trop cramée.

Salins

Avec tout ce rose en tête, il est maintenant temps de regagner le van et de reprendre la route pour la Normandie. N’hésitez pas à me laisser vos questions en commentaire ou bien à me contacter directement via le formulaire, je vous répondrai au plus vite !

Côté pratique

Visite des Salins d’Aigues-Mortes, possible à pied et vélo, guidée ou non, ou en 4×4, ou en petit train. Retrouvez tous les tarifs ici.

No Comments

Leave a Reply