Dublin et ses environs

Dublin et ses environs

3 January 2019 7 By labaroudeusevoyage

Cela faisait longtemps que j’avais une grosse envie d’aller faire un tour en Irlande, de découvrir ses falaises, sa verdure, ses moutons (et oui !), et ses habitants dont on ne dit que du bien. Après un rapide coup d’oeil pour les billets d’avion, c’est parti ! J’ai 4 jours pour découvrir Dublin et ses environs, et je n’ai pas été déçue, loin de là !

Un peu d’histoire

L’histoire de l’Irlande est longue et compliquée. Il est bien difficile de la résumer en quelques lignes mais il est toujours important de connaitre un peu les antécédents d’un pays que l’on va visiter. On l’aborde différemment, et cela permet de comprendre pas mal de choses.

Auparavant peuplée de Celtes, l’Irlande se christianise vers le IVème siècle même si les rites celtiques perdurent. le pays est victime durant le VIIIème siècle des vikings qui font beaucoup de dégâts. En 1494, l’Angleterre envahit l’Irlande. Cette domination ne plait pas aux irlandais. L’île devient le théâtre de nombreux soulèvements populaires contre le pouvoir de Londres. De plus, la majorité des irlandais sont catholiques, tandis que les anglais sont protestants. Une opposition religieuse qui s’ajoute à l’opposition politique.

En 1801, le pays est uni officiellement à la Grande-Bretagne. Courant XIXème siècle, une terrible famine dévaste l’Irlande. Elle tente ensuite de regagner son autonomie : les leaders de l’île se révoltent lors du soulèvement de Pâques, en 1916. Ce dernier est très sévèrement réprimé et mène à une véritable guérilla indépendantiste. En 1921, Londres reconnait un Etat libre d’Irlande. Il s’agit du sud de l’Irlande, séparé par une frontière administrative de la région de l’Ulster.  Cependant, le jeune Etat est très divisé entre le gouvernement provisoire et ceux qui refusent la division du pays. Si les partisans du traité triomphe en 1922 en obtenant une majorité de siège au parlement contre les Républicains, ces derniers ne sont pas décidés à capituler : l’IRA (Irish Republican Army) multiplie les attentats et les assassinats. Le gouvernement irlandais réprime ces actions.

En 1948 nait officiellement la République d’Irlande tandis que l’Ulster reste attaché au Royaume-Uni. L’Irlande du Nord connait une véritable domination protestante tandis que la République d’Irlande reste catholique. Dans les années 1960, le 1er ministre d’Irlande du Nord tente une politique de rapprochement avec la République d’Irlande. Ce rapprochement sera de courte durée : en 1969 les défilements des orangistes ravivent les tensions (ils célèbrent les victoires de Guillaume d’Orange sur les catholiques à la fin du XVIIème siècle). Les quartiers catholiques de Belfast se soulèvent. Les répressions sont terribles. Face à l’incapacité du gouvernement à faire revenir le calme, Londres reprend les rênes.

Le 30 janvier 1972 porte le triste nom de Bloody Sunday : l’armée britannique tire sur une foule pacifique de manifestants catholiques, faisant 13 victimes. Tous les pouvoirs du Stormont (Gouvernement de l’Irlande du Nord) sont transférés à Westminster. l’Irlande du Nord s’enfonce de plus en plus dans la guerre civile. Le terrorisme s’étend jusqu’en Grande-Bretagne et en République d’Irlande.

Après de nombreuses tentatives de pourparlers et référendums pour la paix, des accords sont conclus au Stormont le 10 avril 1998 et signés par les anglais, les irlandais et les représentants des différents partis d’Irlande du Nord. Ces accords confirment le refus de tout changement constitutionnel sans l’accord de la majorité de la population. Ils prévoient la mise en place d’un gouvernement avec le partage des pouvoirs législatifs et exécutifs entre les catholiques et les protestants. Les populations du nord et du sud approuvent avec une forte majorité ces accords.

De nombreux blocages et tensions continuent de subsister, mais le gouvernement arrive à se mettre en place tant bien que mal. Les protestants et catholiques trouvent un nouveau compromis en 2006. Ils co-dirigent la province ensemble, restaurant ainsi paix et stabilité.

Côté pratique

Plusieurs compagnies Low-cost se rendent à Dublin : Ryanair, Aer lingus ou encore Transavia. Il est donc facile de trouver des vols à bas prix. J’ai payé 70€ l’aller-retour avec Transavia, ce qui est moins cher que de se rendre dans le sud de la France en train ! Les prix sont par contre très élevés sur place  ! Pour les fumeurs, le prix d’un paquet est environ de 12€, les pintes de bières entre 6 et 8€ et les musées autour des 20€. Essayez donc de rentabiliser au mieux le trajet !

Je n’ai été que quatre jours sur place, et si ce n’est jamais assez, cela suffit pour visiter Dublin et aller se promener autour. J’ai été faire une journée de randonnée dans le parc national de Wicklow, ainsi qu’une journée sur les falaises d’Howth. Il reste alors 2 jours pour visiter la capitale. Suivez le guide pour profiter un maximum de vos quatre jours irlandais !

Jour 1 : à la découverte de Dublin

De l’aéroport, vous avez plusieurs solutions pour vous rendre en centre-ville. Il y a des navettes directes à 7€ qui vous emmènent aux différents points touristiques en une petite demi-heure. Pour les plus petits budgets il y a les bus de ville à 3,30€. Ils font beaucoup d’arrêts donc sont forcément plus longs. Comptez plutôt 45 min pour vous rendre en ville. Ce sont des bus avec un étage bleu et jaune.

Descendez sur O’Connel Street (Vous ne pouvez pas la louper, elle est connue pour The Spire, ce grand pic planté en plein milieu) et promenez-vous le long de la Liffey. Une passerelle de bois longe la rivière, c’est très agréable par beau temps.

Traversez pour vous rendre rive sud et vous promener dans le célèbre quartier de Temple Bar. Ses rues sont très colorées, ainsi que les façades des pubs, on a envie de prendre chaque mur en photo ! Le soir je vous conseille de vous rendre au pub Quays, dans la rue principale de Temple Bar. A partir de 16h-17h des groupes viennent s’y produire et l’ambiance est juste incroyable et toujours bon enfant.

Dirigez-vous ensuite vers Christ Church. L’entrée est payante mais vous pouvez bien sûr en faire le tour par l’extérieur gratuitement. Redescendez vers le Château de Dublin. L’entrée à l’intérieur est également payante mais entrez dans la cour. Derrière le château se trouve un petit jardin tout mignon, parfait pour pique-niquer s’il fait beau !

Continuez vers le quartier commerçant de Grafton Street. Si vous voulez faire les boutiques, vous êtes au bon endroit ! Vous arriverez ensuite en Trinity College. Cette université est immense mais surtout magnifique ! Si vous souhaitez faire un tour dans la Old Librairy, réservez vos billets sur internet, il peut y avoir beaucoup de queue. Je ne l’ai personnellement pas visitée car l’entrée (8€) était trop chère pour mon petit budget mais elle a l’air vraiment splendide. Passez par Merrion Square et descendez jusqu’au canal. Vous pouvez vous promener le long du canal, entre les arbres, c’est vraiment agréable. Remontez ensuite vers Saint Stephen’s Green. C’est là où le bus pour Glendalough part, juste en face du Starbucks. Les billets sont à acheter directement dans le bus, nous en avons eu pour 20€ l’aller-retour.

Jour 2 : Moutons et randonnées

Le trajet jusqu’à Glendalough est effectué par une seule compagnie de bus : St Kevin’s bus. Après 1h30 de route, le bus vous dépose au centre d’information de Glendalough, point de départ de nombreuses randonnées.

Où dormir ? Au International youth hostel. C’est en fait la seule possibilité d’hébergement à bas prix dans les environs. Si vous êtes à pied vous n’aurez pas trop le choix… Si vous avez votre voiture vous pouvez opter pour l’un des nombreux B&B du coin mais qui sont très chers (80€/nuit). Ici, comptez 17,50€ dans un dortoir de 6. Nous n’étions que 3 dans un dortoir réservé aux femmes. Les lits sont vraiment confortables, chaque dortoir a sa salle de bain privée et tout est propre ! Le petit-déjeuner est en supplément, entre 5 et 9€ selon le menu que vous choisissez.

Une journée voire demi-journée sur place suffit. Nous ne sommes partis que vers 10h30 à cause du temps et avons eu le temps de faire plusieurs chemins balisés ! Dirigez-vous vers l’ancien monastère, continuez vers le fond du cimetière et suivez le panneau lowe lake. Le chemin de droite, balisé par des passerelles de bois, offre une superbe vue sur le lac. Celui de gauche est dans la forêt mais tout au bord du lac. Vous pouvez choisir d’y aller par l’un et de revenir par l’autre. Une fois au lac, plusieurs sentiers balisés s’offrent à vous, marqués par des couleurs. Nous avons fais le orange qui offre un gros point de vue en hauteur sur le lac, et le gris qui emmène à l’écart des touristes. Je vous déconseille le bleu, c’est un aller-retour sans grand intérêt. Le bus repart vers 16h30, toujours au centre d’information.

Jour 3 : Finir d’explorer Dublin

Retournez au Saint Stephen’s Green si vous n’avez pas eu le temps d’y faire un tour le premier jour. Dirigez-vous ensuite vers l’Eglise Saint-Patrick pour vous promener dans le quartier des Liberties. Moins touristique mais tout aussi sympa, c’est dans ce quartier que vous trouverez la Guinness Storehouse et la distillerie de whisky. Je n’ai visité aucun des deux car l’entrée est chère (une vingtaine d’euros). Ensuite, descendez sur la Portobello Road pour une dernière promenade le long du canal. Si vous voulez faire une pause goûter, je vous conseille les cafés Nero. Il y en a un peu partout dans la ville. Leur chocolat chaud est délicieux et une bonne pâtisserie ne fait jamais de mal par temps pluvieux !

Dernier jour : direction la mer !

Howth est un petit village de pêcheurs qui ne se trouve qu’à une bonne demi-heure de bus de Dublin. Une demi-journée suffit si vous manquez de temps mais je vous conseille d’y passer la journée afin de profiter à fond !

Pour y aller, vous pouvez prendre le DART (RER local) ou le bus 31. Je vous conseille le bus. En effet, il est moins cher, et vous roulerez à travers de très beaux paysages. Descendez au terminus. Vous y trouverez un panneau avec les différentes randonnées à effectuer, leur durée et leur difficulté. Nous avons pris la noire, de 10km qui fait tout le tour des falaises jusqu’au port. Pensez à bien vous couvrir, le vent peut souffler très fort !

Il faut environ 3h de marche pour boucler les 10km, 3h30 si vous vous arrêter prendre des photos tous les 10m ! Cette randonnée offre de superbes vues. Nous avons ensuite mangé au port un très bon fish&chips dans la brasserie The brass Monkey. Comptez 17€ le plat. Faites ensuite un tour du port et scrutez l’eau. Des phoques viennent régulièrement s’y abriter !

Et voilà, il est temps de reprendre l’avion ! Nous avons dormi à l’aéroport de Dublin pour économiser une nuit d’hôtel. Si votre avion est tôt le lendemain matin méfiez-vous, nous avons été refusé au moment de passer les contrôles pour devoir y revenir à 3h du matin.

Et vous ? Avez-vous déjà visité Dublin et sa région ? N’hésitez pas à me dire vos impressions et commentaires et bonnes adresses si j’y retourne un jour !