Loading...

HYGIÈNE CORPORELLE EN TREK : Comment rester propre sur plusieurs jours de rando ?

Comment se laver ? Aller aux toilettes ? Faire sa lessive ? C’est la grande question que l’on se pose avant chaque départ. Et s’il n’y a pas de point d’eau ? On emmène des lingettes ? Il nous reste du savon biodégradable ? Et pour le dentifrice on fait comment ? Bref, l’hygiène corporelle en rando c’est toute une histoire !

Se laver en bivouac

Je parle bien d’ici de l’hygiène en trek, donc sur plusieurs jours de marche. Après avoir crapahuté et transpiré toute la journée, on ne rêve souvent que d’une chose : une bonne douche ! Malheureusement, il va falloir l’oublier !

Le must, c’est de trouver un point d’eau pour établir son bivouac : une rivière, un lac… pour avoir une source d’eau pour cuisiner, et se laver ! Se laver, oui, mais pas n’importe comment. On est au beau milieu de la nature, il faut la respecter, donc on oublie les savons et gels douche classiques des supermarchés. On se tourne vers des savons bio, biodégradables, 100% naturels.

Lac Foréant
Ici, pendant notre tour du Queyras, le spot de bivouac parfait !

Même si le savon est 100% naturel et biodégradable, on essaye de se laver le plus en aval possible du cours d’eau pour perturber le moins possible la faune et la flore. Le mieux est de privilégier les petits cours d’eau ou rivières qui ont du courant car les remous ont une fonction autonettoyante.

Pour se sécher, une petite serviette micro-fibre est parfaite ! Je n’aime pas forcément la sensation (je préfère une grosse serviette bien douillette dans laquelle m’enrouler) mais elle ne prend pas de place et sèche très vite.

Concernant le brossage de dents, c’est comme pour le savon, on ne le fait pas avec le tube de dentifrice acheté en supermarché ! On opte pour un dentifrice bio, 100% naturel et biodégradable pour éviter de polluer les plantes quand on recrache tout.

Pour les soirs où on ne trouve pas de point d’eau, tant pis, on ne se lave pas ! On évite d’emmener des lingettes car ça représente quand même beaucoup de déchets mais j’avoue qu’on a regretté quelques fois… On est jamais resté plus de 2 jours sans se laver en trek. Ce n’est pas très agréable, mais largement supportable ! Si vous avez des idées / solutions pour se laver, se débarbouiller les soirs sans point d’eau je suis preneuse !

Ma trousse de toilette en bivouac

On a toujours fait attention à ce qu’on emmenait en trek pour notre hygiène corporelle. Voici la liste de ce qu’on a testé, approuvé et qui n’abime pas la nature !

  • Les savons de Dr Bronner’s
    • Ces savons ont été nos premiers savons de bivouac ! 100% naturel, bio, et fabriqués de manières responsables, ces savons sont magiques. Il y a plein de parfums disponibles et avec un seul pain, vous faites absolument tout : Lavage du corps et des cheveux, la vaisselle, la lessive, et même le brossage de dent !
  • Le savon de Sloe Nature
    • J’ai eu la chance de remporter une trousse remplie de produits Sloe Nature lors d’un concours Instagram. Je voulais tester cette marque depuis longtemps, et on a reçu les produits juste avant notre trek sur le Gr400. L’occasion rêvée ! On est parti avec le savon au chanvre et on a-do-ré !! Il sent vraiment super bon et on s’en est servi autant pour le corps que pour les cheveux, ainsi que pour la lessive et la vaisselle. Même s’il n’est pas fait pour ça à la base, il a fait l’affaire pour notre semaine de trek.
  • Le dentifrice Logodent
    • Pour nos premiers treks, on est simplement parti avec notre dentifrice habituel : certifié 100% naturel, bio.
  • Les pastilles de dentifrice de Sloe Nature
    • Je les ai découverte dans la trousse gagnée sur Instagram et je ne m’en passe plus pour mes voyages ! Elles prennent beaucoup moins de place qu’un tube de dentifrice. On croque dedans puis on se brosse les dents dans la foulée. L’arôme de menthe est incroyable, le tout 100%

      naturel, je recommande !!!
  • Le déodorant solide Sloe Nature : Encore une découverte grâce au jeu-concours. Il prend beaucoup moins de place qu’un déodorant classique. Il a une agréable odeur de lavande et a plutôt bien fonctionné pour moi en rando alors que je transpire beaucoup !

On fait comment pour aller aux toilettes ?

Les toilettes en trek fait aussi partie des grandes questions que l’on se pose au départ mais après quelques randos, elle devient vite secondaire ! Première chose, toujours prendre un rouleau de PQ !! Personnellement, on emmène plutôt 2-3 paquets de mouchoirs chacun car on trouve que ça prend moins de place. Encore une fois, on ne s’est jamais retrouvé à aller faire notre grosse commission dans un trou caché par les fourrés 😂 Mais ne sait-on jamais !!

Bivouac Gr400
Pendant notre traversée du GR400

Faire pipi dans la nature, facile (surtout pour les garçons), mais pour la grosse commission, c’est tout de suite plus compliqué. On a opté pour l’option : se prendre un chocolat chaud ou un goûter en refuge, dans un village.. pour profiter des toilettes. En cas d’envie pressante, le mieux est de se mettre le plus à l’écart possible et de creuser un trou… mais pas évident de se trimballer une petite pelle en trek… Il en existe des rétractables vraiment légères si vous partez pour plusieurs semaines mais nous avons toujours réussi à trouver quasi tous les jours des toilettes.

ON NE LAISSE JAMAIS SON PQ DANS LA NATURE !!!!! On prend un petit sac (pour ma part j’ai pris un petit sac de surgelé que j’ai dédié à cet usage) dans lequel on stock le PQ sale avant de trouver une poubelle.

Laver ses vêtements en trek

Première règle, porter des vêtements dont la matière ne provoque pas d’odeur, j’ai nommée : la laine mérinos ! Depuis que j’ai découvert cette matière, je ne m’en passe plus ! Elle dispose d’une fonction autonettoyante et neutralise directement les odeurs. On peut porter le même tee-shirts 3-4 jours d’affilé sans souci !

Malgré tout, un petit coup de lessive s’impose de temps en temps, notamment pour les sous-vêtements. Je ne pars qu’avec 3 culottes et 2 brassières donc les lessives reviennent vite ! Comme je l’ai noté plus haut dans l’article, on utilise notre savon pour la lessive.

La plupart du temps, dès qu’on trouve un bivouac près d’un point d’eau c’est la première chose que l’on fait. On se précipite dans l’eau pour laver nos affaires, qu’elles aient le temps de sécher avant que le soleil ne se couche. Souvent, ça ne suffit pas, et on part plus tard le lendemain matin pour qu’elles terminent de sécher, ou on accroche tout sur le sac à dos.

On ne fait jamais un trek sans s’arrêter au moins une nuit ou deux en refuge (ou chambre d’hôtes, ou hôtel). Là, c’est le grand luxe ! On lave tout dans le lavabo et tout sèche beaucoup plus vite. Vous pouvez même demander à faire une machine mais c’est souvent un service payant.

Lentilles ou lunettes ?

La myope que je suis ne vous cache pas que c’est une bonne galère en rando ! Le dilemme lentilles ou lunettes n’a pas été long à choisir pour moi. Je suis bien trop habituée aux lentilles pour m’en passer, voilà donc quelques conseils pour éviter de choper une conjonctivite au milieu de la nature.

  • Prendre un flacon de voyage pour son produit lentille. Le mien fait 100ML et il tient jusqu’à 15j, voire 3semaines de voyage.
  • Toujours avoir un peu d’eau le soir et le matin pour se laver un minimum les mains pour mettre et retirer ses lentilles.
  • Manipuler les lentilles dans la tente, à l’abri du vent. Personnellement tous les matins et tous les soirs c’est “Nico, bouge pas !!! Je mets mes lentilles !!!”. La boite à lentille en équilibre sur les genoux, je m’aide d’un petit miroir de poche, ou pas.
  • Avoir des gouttes pour les yeux style Collyre pour nettoyer si besoin
  • Prendre une paire de lentilles en back-up
  • Toujours emmener sa paire de lunette ! Je mets la mienne dans son étui que je place dans la poche au-dessus du sac à dos (avec les lunettes de soleil), ainsi elles sont facilement accessibles.

Les filles, on fait comment avec nos règles ?

Aaaah les règles, LE pire ennemi de la randonneuse !! Je suis très mal placée pour vous parler des règles en trek, ou en voyage en général car je les évite dès que possible. Si je vois que mes règles vont tomber en plein trek, j’enchaine une plaquette de pilules tant pis. Attention, toutes les pilules ne peuvent pas forcément s’enchainer. Je prends personnellement la Leeloo et je n’ai jamais eu de soucis, sachant que je le fais de manière exceptionnelle pour mes voyages.

Pour celles qui ne peuvent / veulent pas, plusieurs solutions sont possibles :

  • La cup. C’est ce que je mets au quotidien pendant mes règles, elle ne prend pas de place dans le sac et ça évite de trimballer plusieurs tampons et serviettes. Mais, honnêtement, je ne vois pas comment maintenir une hygiène irréprochable en trek avec.
  • Les culottes menstruelles : LE MUST. J’en ai acheté une pour essayer, et je compte bien en acheter d’autres. C’est, par-fait ! Je porte la Smoon et je n’ai rien à redire. On en oublie les règles, je fais même du sport avec. Mais en rando, il faudrait alors en emmener plusieurs et ça ne semble pas très pratique.
  • Les serviettes lavables. Je n’ai jamais essayé encore mais ça semble être une solution largement envisageable. J’ai entendu beaucoup de bien de celles de la marque Dans ma Culotte, mais je n’ai jamais essayé.

En revanche, je vous ai dégoté quelques sites qui vous donneront beaucoup plus d’infos sur comment gérer vos règles en randonnées :

Et vous, c’est quoi vos astuces hygiène en trek ou en rando ?

Comments (4)

  • Margaux Doisy 7 mois ago Reply

    Bonjour
    la cup c’est intéressant mais ce n’est pas contraignant en trek il faut avoir de l’eau a porté de mains…?? et si on la met trop longtemps il y a toujours le risque du choc toxique?

    labaroudeusevoyage 7 mois ago Reply

    Bonjour Margaux,
    En effet, il vaut mieux toujours avoir sa gourde remplie pour pouvoir bien nettoyer sa cup pendant le trek. Comme pour les tampons, il vaut mieux la changer plusieurs fois par jour, ce qui peut être très contraignant ! Surtout pendant la journée lorsque la tente n’est pas montée… C’est pour cela qu’il n’y a pas de solutions miracles et avoir ses règles en trek reste bien relou de toute façon !

  • William 3 mois ago Reply

    Bonjour
    Pour le lavage, corps/vêtements/popote, j’utilise également des savon végétaux 100% bio (alep, marseille LE VRAI…).
    Toutefois, je ne lave jamais rien directement dans le point d’eau, lac ou cour d’eau, pour éviter de relâcher directement les produits chimique (saponification oblige) dans le milieu aquatique. Je diffuse l’eau “sale” à environ 10m du bord, la terre faisant ainsi office de filtre.
    Je me nettoie tous les jours. En effet, j’utilise un petit gant maison en fibre de bambou (séchage rapide) et je réserve une petite quantité d’eau de ma gourde à cet usage. Si je n’ai pas de point d’eau à proximité, je n’utilise pas de savon pour éviter le rinçage.
    Pour les vêtements qui n’ont pas eu le temps de complètement sécher, je les dispose sur mon duvet la nuit pour qu’ils sèchent avec la chaleur du corps, mais uniquement si ils sont juste humide. Sinon comme vous, une épingle à nourrice sur le sac à dos en mode étendoir 🙂
    Concernant les toilettes, étant un homme, c’est plus simple en effet, quoi qu’il existe pour vous mesdames des cônes en carton ou en plastique réutilisable qui permettent de faire de même 🙂
    Pour la grosse commission, j’ai avec moi un couteau de type survie, qui me permet de creuser un trou et de reboucher ensuite. Les différents papiers utilisés finissent dans un sac plastique d’utilisation habituelle pour les toutous, qui finissent à la poubelle quand je retourne en ville.
    Merci encore de tous vos conseils, continuez à nous faire voyager 😉

    labaroudeusevoyage 3 mois ago Reply

    Merci pour votre retour et ces bons conseils, c’est vrai qu’on évite quand on peut de se laver directement dans la source mais ce n’est pas toujours évident !

Leave a Reply