Quel matériel pour un trek réussi ?

Quel matériel pour un trek réussi ?

28 August 2019 0 By labaroudeusevoyage

Dans nos nombreux voyages en sac à dos nous avons toujours un objectif : réussir à voyager encore plus léger. Nous avons toujours relevé le défi mais le trek du Queyras en représentait un nouveau : il fallait intégrer la nourriture et de quoi la préparer.

L’indispensable du voyage en sac à dos : Le… sac à dos !

Après deux mois de calvaire à porter un sac qui ne m’était pas adapté pendant le tour d’Europe, j’ai décidé d’investir dans un sac à dos qui ne me ruinait pas les épaules et le dos au bout de 20min. J’ai opté pour le MH500 40L de chez Forclaz et je le trouve par-fait ! Il possède beaucoup de réglages pour être à l’aise au niveau des épaules, du dos, et des hanches. Il a également une armature qui permet de bien coller le sac contre le dos.

Sac Forclaz

Pour le moment, les 40L ont toujours été suffisants, même pour le trek en semi-autonomie (bon heureusement que Nico portait la tente dans son 50L). Si vous êtes en solo le 40L ne vous suffira pas.

Economiser de la place sur les vêtements

Je suis pour l’instant toujours partie dans des pays où les températures restaient à peu près les mêmes au fil des jours. Encore une fois, pour un tour du monde, tout ne rentrera peut-être pas dans un 40L.

Le tout est de prendre des vêtements qui sèchent vite, donc évitez le coton. Cela dépend des voyages mais pour un voyage “normal” ma liste de vêtements est toujours la même :

  • Pantalon de randonnée
  • Short fluide (prend moins de place)
  • Pantalon fluide (gain de place, sèche rapidement, léger, et ultra pratique pour les grosses chaleurs)
  • pyjama (short-teeshirt)
  • 2 ou 3 teeshirts qui vont avec mes trois bas, en matière naturelle, légère
  • 3 culottes / 2 soutifs / 3 paires de chaussettes
  • Maillot de bain
  • Sous-pull en laine de Mérinos
  • Polaire
  • serviette microfibre
  • Foutah (ramenée du Maroc, sert de serviette de plage, foulard, robe de plage…)
  • chaussures de randonnée (Les Columbia me suivent depuis 3 ans, j’en suis ravie)
  • Tongs et/ou Birkenstock
  • Gourde Lifestraw pour pouvoir boire partout

Pour la trousse de toilette, on en prend une pour deux, pour encore une fois gagner du poids et de la place :

  • Brosse à dent
  • Dentifrice bio (pour se laver les dents dans les rivières)
  • Savon solide 100% bio et naturel (permet de faire lessive / shampooing / vaisselle) Vous en trouverez en magasin bio, ou sur le site de Docteur Bronner
  • produit lentille (pour moi, la joie)
  • + tout ce qu’on peut trouver dans une trousse de secours à savoir : désinfectant, compresses, strap, baume du tigre, doliprane…

Pour un voyage vraiment type trek, je remplace le pantalon fluide par un deuxième pantalon de randonnée convertible en short (je supprime le short fluide du coup) les soutifs par deux brassières, les teeshirts par des teeshirts de sport. Je prends en plus une genouillère pour mes petits genoux fragiles en montagne.

Le matériel de bivouac

Premier élément essentiel : la tente.

On cherchait la tente la plus légère possible, discrète, afin de pouvoir se poser partout. Nous avons trouvé notre bonheur sur le site www.baroudeur-altitude.fr. Après plusieurs hésitations, c’est la tente de la marque Ferrino que nous avons choisi. Ultra légère et compact, elle se fond parfaitement dans la nature. Il y a quand même de la place à l’intérieur. Quand il fait vraiment mauvais nous glissons un de nos sacs à nos pieds, et laissons l’autre sous l’avancée (qui peut tout à fait contenir nos deux sacs.) On a par contre dû prendre des plus grosses sardines en plus pour la montagne car les sardines livrées avec la tente sont efficaces seulement dans les sols vraiment meubles. La Ferrino est parfaite pour bivouaquer mais prenez un bon duvet ! Elle ne convient pas du tout pour l’hiver.

Bivouac Queyras
Lac Foréant

Un bon matelas et duvet pour un dodo de qualité

Encore une fois, la légèreté était notre priorité. Il nous fallait un matelas ultra complet, léger, et confortable. On a finalement opté pour le Quechua Forclaz Air de chez Décathlon. Il ne prend vraiment pas de place dans le sac, se gonfle en 2min et est plutôt confortable. Ça fait 3 ans qu’on les a et rien à redire ! Il faut prendre le coup pour le replier et enlever vraiment tout l’air mais ça vient vite !

Pour le duvet, ça a été compliqué ! Pour notre tout premier voyage en sac à dos, on trouvait que les duvets trek de chez Décathlon n’étaient pas assez compacts. On a donc opté pour le duvet SnugPak de chez Baroudeur-altitude. Il est pratique car très compact. Seul souci : sa température confort est indiqué à 7 degrés. A part les nuits où il a fait vraiment chaud, nous avions toujours froid. On en a même pas mal souffert au Kazakhstan où on a dû sortir deux couvertures de survie, et dormi emmitouflé dans toutes nos affaires.

Pour notre trek en montagne, il était hors-de-question d’emmener ces duvets-là ! Un peu freiné par le prix au premier abord, c’est avec le Trek900 0 degrès de Forclaz que nous sommes partis. Même s’il est moins compact que le SnugPak, on n’a pas regretté ! Il se cale quand même bien dans le sac et reste très léger. Surtout, nous n’avons JAMAIS eu froid !! Parfois même trop chaud lors des nuits douces. On est vraiment fan de ce duvet. Dès qu’on y rentre, on sent la chaleur envelopper le corps, c’est super agréable !

La popote

Grande première pour nous : emmener de quoi se préparer de bons petits repas sans trop alourdir nos sacs et perdre de la place. Il nous fallait un réchaud, une casserole, des couverts… et de quoi manger !

Pas de repas lyophilisés

C’est pourtant la base du trek ! Pourtant la décision a vite été prise : pas de repas lyophilisés. Pourquoi ? Ça fait beaucoup de sachets à prendre, à usage unique (pas super écolo), et qui prenaient beaucoup de place ! On a donc décidé de remplir un sachet congélateur de semoule, un autre de mélange tonus (mélange noix et raisins secs) et un autre de flocons d’avoine / Cacao en poudre.

La semoule est super pratique en trek ! Elle ne prend pas de place, est rapide à préparer et surtout gonfle aussi dans l’eau froide si vous ne pouvez pas sortir le réchaud. Avec des légumes achetés dans les villages, elle constitue un repas correct ! Pour le petit-déjeuner, on faisait gonfler les flocons d’avoine dans de l’eau et on y ajoutait du mélange tonus. On avait emmené des sachets de thé pour une bonne boisson chaude le matin.

Pour faire chauffer tout ça, on a pris le réchaud le plus basique. Bon qui dit basique, dit que dès qu’il y avait un peu de vent on galérait un peu mais ça l’a fait. Sachez qu’avec le vent, ça rallonge considérablement votre temps de chauffe, il faut y penser. On a pris la plus petite cartouche de gaz et ça l’a fait aussi pour les huit jours. Pour la casserole on a pris celle-ci. Très pratique car le manche se replie, et le couvercle fait office de passoire. Nous n’avons pas pris l’assiette et les couverts compris avec. Au niveau du rangement, on rangeait nos sachets de thé et nos couverts dans la casserole. Pour les couverts, nous avons le couteau-suisse de chez Nature&Découverte. La fourchette et le couteau sont détachable, bien utile pour manger.

Et voilà ! Une fois que vous avez mis tout ça dans votre sac, il sera bien rempli et vous serez prêt à partir ! Vous n’avez plus qu’à trouver le trek de vos rêves et des super spots de bivouac !