Loading...

Le tour de Belle-île-en-Mer via le GR340

Belle-île

Faire le tour de Belle-île-en-Mer à pied, c’est se retrouver à arpenter son sentier côtier pendant 4 jours. Sur le GR340, on monte et on descend des falaises avec toujours en vue : l’océan.

Le GR340 en bref

C’est via le GR340 que vous ferez le tour de Belle-île-en-Mer, en longeant le sentier côtier.

  • 4 jours de marche
  • Environ 83 kilomètres (les chiffres varient d’une source à l’autre)
  • Dénivelé total cumulé = 2000m

Impossible de se perdre ! Il suffit de toujours suivre la côte. Le sentier côtier et le GR sont tous deux très bien indiqués, nous n’avons eu aucun problème pour nous repérer !

Venir à Belle-île-en-Mer

Départ pour Belle-île-en-mer

Belle-île-en-Mer est facilement accessible en transport en commun. Avec Clara, du blog de randonnée Wildroad, nous sommes venues de Paris via le TGV pour Vannes, puis avons pris le bateau. Attention, les départs de Vannes se font uniquement en saison. Pour des trajets toute l’année, il vous faudra partir de Quiberon.

  • Au départ de Quiberon, avec la compagnie Océane. Possibilité d’embarquer avec un véhicule. La traversée dure 45min. Comptez entre 15,50€ et 17,50€ pour un aller simple. 
  • Au départ de Vannes et de Port Navalo : Passagers uniquement. Les trajets se font uniquement en saison, jusqu’à fin septembre-début octobre avec la Compagnie du Golf et la Navix. Comptez environ 23€ l’aller simple. 
  • Au départ du Croisic et la Turballe : Passagers uniquement et trajets seulement en saison avec la Navix. Comptez environ 28€ l’aller simple. 

Une fois sur place, vous pouvez facilement vous déplacer en vélo. Sinon, des navettes font régulièrement les trajets sur l’île, plus d’infos ici.

Etape 1 : Du Palais à la Pointe des Poulains. 18,3 km, 4h35 de marche

Une arrivée difficile

Notre arrivée sur Belle-île-en-Mer, la bien nommée, a été plus que mémorable ! C’était jour de tempête, et le capitaine du bateau avait d’ores et déjà annoncé que la traversée serait sportive ! N’ayant jamais eu le mal de mer, je ne me suis pas vraiment inquiétée. Et pourtant ! Après une bonne heure de traversée tranquille, nous sommes rentrés dans le vif du sujet avec des creux de 4m !

Me sentant mal, j’ai dû rapidement sortir sur le pont, oubliant mon K-way au passage. Les 45min de traversée dehors, à me faire asperger par les vagues et luttant contre un mal de mer intense, m’ont semblé bien longues !

En arrivant, transie de froid, on décide avec Clara d’aller se réchauffer dans un café avant d’entamer le trek. On se réfugie chez la Paillotte à Mano autour d’un bon thé chaud. Je reprends doucement mes esprits.

Quitter Le Palais pour le sentier côtier

Tant bien que mal, on remet notre sac à dos pour entamer le GR340. Cette première étape n’est pas très longue, mais il faut bien la faire ! Après quelques courses pour notre pique-nique du midi, on se met en route.

J’ai une très bonne première impression du Palais. Je trouve le port et le petit centre-ville adorables. Me sentant encore bien nauséeuse, je cesse vite d’admirer les petits bateaux et maisons colorées pour me concentrer sur mes pas. Le GR nous fait passer au coeur de la Citadelle Vauban avant d’arriver sur ce fameux sentier côtier que nous suivrons pendant 4 jours.

Le vent souffle encore très fort, au point de nous déséquilibrer. La mer, en contre-bas, gronde et les vagues s’écrasent avec fracas contre les falaises. Heureusement pour moi, cette étape est vraiment facile, le dénivelé est relativement faible. Ces falaises à perte de vue me font très vite penser à l’Irlande, notamment à la randonnée autour du village d’Howth.

GR340

Nous continuons de longer l’océan. Le sentier redescend de temps en temps en pente douce pour nous amener à de petites plages, et ce jusqu’à la pointe de Taillefer. Le paysage est incroyable mais j’ai peur de m’en lasser. En montagne, il change tout le temps. Là, ce ne sont que des falaises et l’océan à perte de vue mais pour le moment, tout est nouveau pour mes yeux qui se régalent d’un tel panorama.

Arrivée à Sauzon

Après avoir passé la D30, le sentier débouche sur une magnifique vue sur Sauzon. Au loin, on aperçoit des maisons bien alignées le long d’un petit port. On a l’impression d’être quasiment arrivées mais le GR nous fait faire tout le tour de la falaise pour enfin descendre au coeur du village. Je tombe rapidement sous le charme. Pour moi, Sauzon est bien plus beau que Le Palais, on se croirait dans un village de poupées.

Certains randonneurs font leur étape ici mais ce n’est pas notre cas. Nous avons un logement qui nous attend à la Pointe des Poulains, à une bonne heure de marche de là. Après quelques courses pour notre repas du soir, on s’offre une pause goûter face au port, baigné de la douce lumière de fin de journée. Nous devons repartir rapidement pour arriver à temps à la Pointe pour le coucher de soleil.

Nous traversons donc la rue principale de Sauzon pour récupérer le GR de l’autre côté et gagner la Pointe du Cardinal. Après avoir passé la plage de Port Puce, on continue tout droit jusqu’à la Pointe des Poulains.

Sur le site, nous avons été incroyablement bien accueilli par Annick, qui gère le Airbnb. Un quiproquo a fait que la chambre a été réservée par deux autres filles mais Annick nous a gentillement invitée directement chez elle où nous avons papoté autour d’un bon verre de vin.

A peine arrivées à notre logement qu’on repart aussitôt vers la Pointe. Le spectacle est incroyable. On court partout pour prendre nos photos. Ici, rien ne protège du vent qui souffle vraiment fort. Les vagues s’éclatent contre les rochers dans la lumière du coucher du soleil. Le ciel se pare de violet et donne une atmosphère de fin du monde à ce site naturel magnifique.

Se loger à la Pointe des Poulains

  • La chambre d’hôtes aux Poulains
  • Pour les logements sur Sauzon, plus de renseignements ici

Etape 2 : de la Pointe des Poulains aux Aiguilles de Port-Coton. 21,3km, 5h20

Départ sous la pluie

On quitte notre Airbnb au lever du soleil, sous une pluie fine. Ce matin, les falaises sont dans la brume et on devine au loin le phare de la Pointe des Poulains. Moi qui avait peur de me lasser du paysage, la météo lui donne une ambiance bien différente d’hier.

GR340

Nous suivons le sentier jusqu’au site plutôt connu de l’Apothicairerie, une grotte marine. Avec ce temps, le lieu est impressionnant car les falaises s’avancent loin au-dessus de l’eau et les vagues pénètrent à grand bruit dans la grotte. La pluie continue de s’intensifier, le vent souffle aussi fort qu’hier et c’est donc cachées sous nos capuches que nous poursuivons le long du sentier côtier. Si Belle-île-en-Mer bénéficie du même temps d’ensoleillement que Toulouse, nous n’avons pas cette chance !

GR340
Belle-île-en-Mer
Photo : Clara Ferrand

Nous descendons vers la plage de Donnant, un des plus grands sites naturels de l’île. C’est également l’un des plus beaux spots de surf et de body-board mais aujourd’hui, personne n’est dans les vagues. Accolée à la plage se dresse une dune de près de 40m de haut. Le GR en fait le tour pour protéger les espèces rares qui y poussent. Pour l’instant, le dénivelé ne nous pose pas vraiment de problème. Oui, ça ne fait que monter et ça descendre mais jamais très longtemps. Il y a de longs moments de plat lorsque nous marchons en haut des falaises.

Belle-île-en-Mer
Photo : Clara Ferrand

Nous poursuivons ainsi jusqu’à arriver à l’un des sites les plus célèbres de Belle-île : les Aiguilles de Port-Coton. Déjà, le monde se presse au bord des falaises pour admirer ses incroyables rochers qui semblent transpercer l’océan. Le site est à couper le souffle. Si vous souhaitez admirer les aiguilles d’un autre point de vue, un petit sentier descend sur la plage. Elles sont encore plus impressionnantes vues d’en bas ! Le soleil commence à descendre et à teinter le ciel d’une belle couleur orange lorsque des dizaines de voiliers profitent d’une accalmie pour sortir en mer. Le spectacle est magique.

Pour ce soir, nous sommes hébergés à l’Hôtel Le Grand Large. Ce magnifique manoir est situé à 5min à pied des Aiguilles. Du haut de sa falaise, il surplombe la mer. Si nous n’avons pas pu profiter de sa piscine chauffée, cet hôtel est parfait après une bonne journée de marche ! Il est d’ailleurs labellisé Etape Rando Bretagne et peut vous concocter un panier pique-nique si besoin.

Le soir, nous avons dîné dans son restaurant, le Marie-Galante. Le prix est assez élevé, les menus sont orientés gastronomie. Tout était délicieux, et bien sûr, gros coup de coeur pour le chariot des desserts !

Etape 3 : de Port-Coton à Locmaria, 24km, 6h25

Aujourd’hui est la plus grosse étape de ce tour de Belle-île. On nous avait prévenu, le dénivelé est plus important ! Le paysage change encore, les falaises se font plus escarpées et bien plus hautes que les jours précédents. La côte semble presque déchiquetée. Les plages de sable ont laissé place à de magnifiques petites criques à l’eau turquoise.

Le GR340 nous emmène jusqu’à la pointe du Talus. Le vent ne souffle plus et la mer semble presque trop plate. Nous passons en contre-haut des plages de Yeyew et Dotchot qui pour moi, sont les plus belles du parcours. On reste un long moment à les admirer. Le sable blanc et l’eau transparente nous ferait presque oublier qu’on est en Bretagne ! Ces petites criques s’enchainent ainsi jusqu’à ce que nous arrivions à la Pointe de Saint-Marc.

Le sentier passe son temps à nous faire monter et descendre. On sent bien que le dénivelé est plus conséquent mais on s’attendait à bien pire. Jusqu’à la pointe de Pouldon, le chemin est bordé d’hortensias. Malheureusement, fin septembre, ils ne sont déjà plus en fleurs. Qu’est-ce que ça doit être joli de marcher ici au printemps !

Les fleurs laissent place à un paysage de plus en plus désertique. La pointe de Skeul fait partie des paysages les plus sauvages de l’île. Nous faisons le tour de la pointe jusqu’à arriver sur la plage de Port Blanc. Un vrai petit paradis ! Dans le soleil de cette fin de journée, certaines personnes se laissent même aller à quelques brasses. Je les rejoindrais bien, mais l’heure tourne. Il nous faut rejoindre notre logement du soir.

Il est temps de s’éloigner du GR pour pénétrer dans la ville de Locmaria. Une dernière montée et nous voilà devant son église, et surtout devant une épicerie ouverte pour notre petit-déjeuner du lendemain ! Ce soir, nous dormons au gite communal de Lannivrec. Il dispose de 2 chambres de 3 lits, un grand dortoir, ainsi que d’une cuisine. Les chambres sont vraiment sommaires, surtout par rapport à notre nuit précédente, mais ça fera très bien l’affaire !

Locmaria

Nous avons dîné dans le restaurant situé juste à côté : l’auberge du Chouk’Azé. Nous nous sommes régalées ! Tous les plats sont faits maison avec les bons produits de Belle-île, vous pouvez y aller les yeux fermés !

Etape 4 : de Locmaria au Palais – 20km, 5h

Principal objectif de la journée : arriver au Palais pour déjeuner au restaurant (il faut bien se motiver…)

Nous traversons Locmaria au lever de soleil afin de rejoindre le GR340. Il bifurque à gauche juste avant la plage de Port Blanc, qui est bien plus calme qu’hier. Des escaliers nous attendent pour monter directement en haut de la falaise. Difficile pour les jambes d’attaquer ainsi dès le matin ! Là-haut, nous sommes récompensées par la superbe vue sur les criques. Après avoir passé la pointe de Kerzo, nous arrivons à la plage de Port-Andro, une grande plage de sable jaune.

Nous quittons la côte escarpée et plus sauvage après avoir passé la pointe de Kerdonis. Nous longeons ainsi plusieurs criques jusqu’à la plage des Grands Sables. Avec ses 2km de long, elle est la plus grande plage de l’île. Après la Pointe du gros Rocher, nous arrivons à Belle-Fontaine, qui servait auparavant de ravitaillement en eau douce pour les navires. La fatigue commence à se faire sentir, nous savons que nous sommes sur la fin de ce trek. En effet, après la plage de la Ramonette, nous apercevons au loin le port du Palais.

Nous quittons le sentier côtier pour arriver enfin dans le centre-ville. Il est 13h, objectif réussi ! Après 4 jours de marche et 83 kilomètres, nous avons bouclé le tour de Belle-île !

Nous nous installons au restaurant Le Poisson Rouge où nous avons été très bien reçus. Pas de galette ni de cidre, mais un bon burger pour fêter ce trek venteux !

J’ai adoré ce tour de Belle-île ! Je ne me suis absolument pas lassée des paysages, bien au contraire. La lumière change tellement au cours de la journée qu’elle amène toujours une ambiance différente. Concernant le bivouac, on ne l’a pas fait à cause du mauvais temps, mais c’est ce qui était prévu de base. S’il est plutôt déconseillé sur l’île, certains le font.

Evitez simplement la haute saison. Nous avons croisé des randonneurs qui nous dit avoir été envahis pas les rats lors d’un bivouac sur une plage… Si vous avez plus d’infos sur ce sujet, n’hésitez pas à le dire en commentaire, cela peut servir à tout le monde !

Comments (2)

  • Tom 2 semaines ago Reply

    Hello! Merci pour ton article sur le GR de belle ile! J’aimerais me préparer un séjour rando dans la même veine que le vôtre, combien ça vous à couté au final traversé et hébergement ? C’est pour savoir avec mon budget si je dois rogner quelque part! Merci encore pour ce retour et pour les photos! Sportivement. Thomas.

    labaroudeusevoyage 2 semaines ago Reply

    Hello !
    Ce trek commence à dater et je n’ai pas trop d’idée sur le montant total de notre aventure… J’ai mis les liens pour réserver les traversées et les logements si jamais ça peut t’aider…Dans mon souvenir, à part la nuit à la Pointe des Poulains qui était dans un hôtel luxueux, le reste était largement abordable !

Leave a Reply